Le think-tank pan-européen ECFR vous présente l’outil interactif « European Solidarity Tracker », qui permet de visualiser la solidarité européenne durant la pandémie du Covid-19.

Il contredit l’hypothèse largement répandue que le niveau européen n’est pas pertinent en matière de gestion de crise, et qu’aucune solidarité européenne n’a été activement mise en place au cours de la pandémie.

Notre nouvel outil est un tableau de bord interactif qui rassemble et illustre les actes de solidarité dans les domaines médicaux, économiques et d’aide à la société civile.

L’outil démontre en détails que :

  • La solidarité entre les Etats membres de l’Union européenne (UE) ne peut pas être réduite à la distribution de matériel médical et aux promesses de soutien économique et financier. La société civile européenne a aussi fait preuve de solidarité durant la crise du coronavirus ;
  • L’hypothèse largement répandue que le niveau européen n’est pas pertinent en matière de gestion de crise est fausse : les données collectées montrent clairement la variété et l’étendue des mesures de solidarité mises en place par l’UE dans ses États membres  pour lutter contre la crise du coronavirus;
  • Les plus petits Etats membres ont été essentiels durant la crise. Bien que l’Allemagne et la France aient souvent été au centre de l’attention, en particulier en ce qui concerne l’assistance financière, le « European Solidarity Tracker » montre combien les Etats membres les plus petits ont eux aussi fait preuve de solidarité, ont coopéré avec leurs voisins et partenaires et ont fourni de l’aide durant la crise.

« Au début de la crise, nous avons vu avec quelle rapidité l’impression d’un manque de solidarité pouvait mener à l’érosion de la cohésion européenne : un manque de cohésion entrainerait la désintégration et la dissolution du projet européen. Avec le « European Solidarity Tracker », nous voulons prouver que l’UE a fait preuve de solidarité rapidement et de manière décisive durant la crise – après des difficultés initiales. Nous voulons aussi montrer que cela a eu lieu à tous les niveaux : celui des institutions européennes, des Etats membres et des citoyens de l’Europe », explique Jana Puglierin, la cheffe du projet et directrice du bureau de l’ECFR à Berlin.

« La solidarité européenne n’est pas une évidence. Face à un défi sans précédent, les citoyens européens et leurs représentants municipaux, régionaux et nationaux, aussi bien qu’à Bruxelles, ont choisi activement de travailler ensemble. Le « European Solidarity Tracker » aide à comprendre ces évolutions. Mais il montre aussi où la réponse européenne à la crise a été bloquée, où la solidarité a pu avoir une dimension politique, parfois un peu intéressée », ajoute Rafael Loss, le coordinateur du projet.

Le prototype du « European Solidarity Tracker » a été développé au sein du projet Rethink : Europe, soutenu par la Fondation Mercator. Il est un outil de collecte de données et sera mis à jour en continu jusqu’à la fin du mois de septembre 2020.

Le « European Solidarity Tracker » est accessible ici.