L’année dernière, la Russie a frappé fort contre la Moldavie, lui imposant des sanctions sur les exportations de vin et nourrissant les mouvements/soubresauts séparatistes en Transnistrie et en  Gagaouzie. Mais l’année 2014 sera pire. A la suite des évènements en Ukraine, la Russie cherche également à saboter l’une des dernières « success story » restantes du Partenariat Oriental. La Russie être prête à investir les ressources financières et la volonté politique nécessaires pour faire davantage pression sur la Moldavie. L’UE peut-elle aider la Moldavie à rester sur le chemin de l’Europe ?

Dans ce policy memo de l’ECFR, Stanislav Secrieru examine les risques internes et externes auxquels est confrontée la Moldavie et estime que l’EU doit préparer un ensemble de mesures visant à aider Chisinau à résister aux pressions probables de la Russie en 2014.

 

Quel est le plan d’action de la Russie ?

  • La Russie pourrait expulser les travailleurs moldaves actuellement en Russie. Cela aurait un réel impact sur le budget des familles moldaves et pourrait ébranler l’un des piliers de la croissance économique moldave.
  • La Russie pourrait imposer des sanctions supplémentaires à l’encontre de la production agricole moldave à travers une interdiction totale ou partielle des fruits et légumes frais. Le secteur agricole moldave représente 12% du PIB moldave. Un nouvel embargo russe pourrait ralentir la croissance économique et susciter le mécontentement de la population.
  • La Russie reste le seul fournisseur de gaz de la Moldavie et elle est susceptible d’utiliser cette dépendance énergétique pour faire pression sur le pays.
  • La Russie tentera d’utiliser les conflits en Transnistrie et en Gagaouzie pour provoquer une sur réaction de la part du côté des Moldaves.