La perspective d’un accord commercial Etats-Unis-Europe est historique pour ces deux entités représentant 45 % du PIB mondial. Mais Bruxelles doit imposer ses conditions face à une Amérique qui la maltraite.

Cet article a initialement été publié dans Les Echos le 18 juin 2014. 

 

"La réalité du terrain, c’est qu’aujourd’hui, des gardiens de la révolution iranienne combattent des Irakiens à l’aide de drones américains." Lors du congrès annuel du Conseil européen des relations internationales (ECFR) à Rome les 12 et 13 juin 2014, le prince Turki Al Faisal, ancien directeur des services secrets saoudiens, a mis le doigt sur les contradictions et la dangerosité de la politique diplomatique de l’administration Obama. Le retrait précipité des troupes américaines en Irak, après une invasion tout aussi précipitée, fait de ce pays un nouveau terrain de jeu pour le terrorisme djihadiste. Ou une cible de choix pour son annexion par l’Iran. La volte-face de Barack Obama sur la Syrie, quelques heures avant que des avions de chasse américains et français ne viennent porter le coup de grâce au régime assassin de Bachar Al Assad, a eu les conséquences que l’on sait. Au-delà de la prolongation du bail de ce régime, cette volte-face a envoyé un signal univoque à M. Poutine : il pouvait annexer la Crimée, et peut-être demain tout ou partie de l’Ukraine, sans craindre les moindres représailles d’une puissance américaine occupée ailleurs. On a bien noté, en mer du Japon notamment, ce changement de position.

 

Ce partenariat (...) a le potentiel de relancer, de part et d’autre de l’Atlantique, le commerce, l’investissement, les emplois et la relation stratégique entre les deux entités pesant aujourd’hui 45 % du PIB mondial.

Telle est l’ironie du temps présent : de l’Asie aux filiales américaines de banques européennes à New York, pour bien s’entendre avec l’administration Obama, il vaut mieux être un adversaire déclaré de l’Amérique, tel l’Iran, plutôt que son allié. Face à un tel bilan diplomatique, une priorité nouvelle se dessine pour les Européens : « Save private Obama ! » Il faut sauver, non seulement le soldat Obama, mais aussi le « track record » d’une administration qui ferait regretter John McCain ou Mitt Romney. Or, une occasion historique se dessine pour cela : aux deux dernières années de l’administration Obama, après les élections de mid-term en novembre 2014, vont correspondre les deux premières années d’une nouvelle Commission européenne, dont on peut déjà anticiper qu’elle aura bien plus de légitimité démocratique et d’autorité politique que la peu regrettée Commission de Manuel Barroso. Cette nouvelle Commission, bientôt présidée par Jean-Claude Juncker – le candidat du Parlement européen –, doit mettre très haut dans son agenda l’élaboration d’un partenariat transatlantique. Ce partenariat, s’il en est vraiment un, a le potentiel de relancer, de part et d’autre de l’Atlantique, le commerce, l’investissement, les emplois et la relation stratégique entre les deux entités pesant aujourd’hui 45 % du PIB mondial.

 

L’opportunité est historique, et le succès sera atteignable, à une seule condition : tout mettre sur la table. Non pas seulement quelques secteurs de l’économie, répondant essentiellement à une nomenclature du XXe siècle, comme c’est le cas aujourd’hui avec la discussion très limitée du TTIP. Mais bien tous les éléments constitutifs d’un vrai partenariat au XXIe siècle. Les efforts louables des excellents experts embarqués dans ce cycle de discussion depuis un an n’aboutiront à rien si le mandat de ce partenariat n’est pas élargi, au-delà de l’agriculture, de l’industrie et de l’énergie, aux quatre domaines structurants de notre siècle, à savoir : le numérique ; les monnaies ; les services financiers ; les outils de défense et d’intelligence.

 

Quel leader européen accepterait aujourd’hui d’ouvrir une discussion avec les Etats-Unis, si la question du dollar n’est pas abordée, alors que le dumping de cette monnaie sur les marchés mondiaux déstabilise l’économie mondiale ? Et que l’ambiguïté dangereuse de cette monnaie domestique, par ailleurs monnaie de réserve mondiale, vient d’être démontrée avec l’affaire BNP Paribas et l’utilisation abusive des lois extraterritoriales américaines ? Quel dirigeant, à Bruxelles, Paris, Rome, Berlin, oserait admettre que soient exclus des négociations les services financiers, alors que les impasses et dangers des réglementations américaines ont failli faire vaciller le système financier mondial avec la crise des « subprimes », habilement ventilés dans le monde entier ? Qui, en Europe, accepterait que les plates-formes numériques, qui vont représenter l’essentiel de notre PIB dans les prochaines décennies, mettent en danger nos vies privées, influencent nos démocraties, restent la chasse gardée de quelques monopoles américains travaillant en étroite et automatisée collaboration avec les services américains ? Enfin, sur les questions de défense justement, qui, en Europe, peut continuer de faire confiance au fonctionnement unilatéral de l’Otan, avec les événements actuels en Ukraine, et les volte-face de l’administration américaines, décrites plus haut ?

 

Ce partenariat transatlantique (...) a un potentiel extraordinaire pour sécuriser nos économies et nos sociétés occidentales dans le monde dangereux du XXIe siècle. 

Le moment est venu de mettre tout sur la table, et de ne pas faire semblant, Ce partenariat transatlantique, s’il se donne l’ambition de véritablement partager entre les Etats-Unis et l’Europe ces domaines structurants, a un potentiel extraordinaire pour sécuriser nos économies et nos sociétés occidentales dans le monde dangereux du XXIe siècle. Et donner, notamment aux nouvelles générations, des perspectives d’emplois qui leur manquent singulièrement. Si ce partenariat avorte parce que l’Amérique n’aura pas su se débarrasser de ses réflexes de domination unilatérale, l’Europe, obligatoirement unie, ne devra compter que sur ses seules forces, notamment en matière de défense. Et éventuellement se tourner vers des partenariats alternatifs, du côté de l’Afrique, du Moyen-Orient et des puissances asiatiques