Le bureau de Paris - Paris Office


Lettre ouverte : appel pour un retour contrôlé des combattants étrangers de l’Etat islamique

Lettre ouverte : appel pour un retour contrôlé des combattants étrangers de l’Etat islamique


D’éminents Européens appellent à une gestion du retour des combattants étrangers de l’organisation Etat islamique.

Les pays européens ont trop tardé à prendre en charge les centaines de citoyens qui ont rejoint le groupe État islamique (EI) et qui sont actuellement détenus dans le nord-est de la Syrie par les forces kurdes. Il s'agit non seulement d'hommes et de femmes, mais aussi d'un grand nombre de jeunes enfants. Les laisser dans les prisons improvisées et les camps de réfugiés surpeuplés dans lesquels ils sont détenus est irresponsable et, dans le cas des enfants, inhumain. En l’absence d’une meilleure option, les pays européens devraient immédiatement commencer un travail de retour contrôlé de leurs citoyens.

Les récentes mesures prises par la Turquie pour expulser les membres de l'EI sous contrôle turc ne doivent pas détourner l'attention de la question plus vaste de la responsabilité de l'Europe à l'égard de ses citoyens toujours en Syrie. Dans une région peu stable, l’avenir des prisons et des camps où ils sont retenus est incertain. Le rapatriement assurerait aux Européens un contrôle des membres de l’EI qui pourraient autrement s’échapper et être impliqués dans de nouvelles attaques. Il existe également un risque que la Syrie prenne le contrôle de ces camps, permettant au président Bachar al-Assad d'utiliser les citoyens européens comme monnaie d'échange pour obtenir la reconnaissance des gouvernements européens. Pendant ce temps, les enfants présents dans les camps risquent de se radicaliser s'ils restent dans un environnement sans loi, sans traitement pour leur traumatisme ou sans espoir pour l'avenir.

Il est compréhensible que les pays européens se préoccupent de leur sécurité par rapport à des personnes qui, dans de nombreux cas, peuvent rester engagées dans la cause djihadiste. Au lieu de cela, les pays européens devraient gérer activement leur retour, car ils disposent des ressources nécessaires pour s'occuper de ces personnes par le biais de poursuites, de surveillance ou de réintégration, selon le cas. Ces dernières années, les pays européens ont élaboré des stratégies efficaces pour atténuer la menace que représentent les combattants étrangers de retour. Ils pourraient interroger les citoyens qu'ils rapatrient de Syrie pour en savoir plus sur les opérations de l'EI. Le rapatriement des enfants impliquerait, dans la plupart des cas, le rapatriement de leurs parents, pour éviter les problèmes de séparation forcée.

Depuis des mois, les pays européens tentent d'éviter le rapatriement en cherchant à faire poursuivre leurs citoyens dans la région. Mais seul le rapatriement semble faisable et sans inconvénients majeurs. Le transfert de membres de l'EI en Irak pour y être jugés soulève des inquiétudes quant à la peine de mort et à d'autres violations des droits de l'homme - et serait également très coûteux. De plus, on ne sait toujours pas si l'Irak accepterait de prendre en charge ces personnes. Les Kurdes syriens n'ont pas la capacité de s'occuper de milliers de sympathisants étrangers d'ISIS d'une manière légale et durable.

La plupart des prisons et des camps étant toujours sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes, les pays européens ont encore la possibilité de rapatrier leurs citoyens. Ce n'est pas une option viable à long terme que de laisser ces citoyens là où ils sont. En agissant de concert, les pays européens pourraient réduire les réactions négatives de l'opinion publique et les problèmes logistiques liés au rapatriement. Ne pas agir maintenant serait irresponsable, et ne ferait qu'accroître les risques et la négligence humanitaire de la politique européenne actuelle.

SIGNATAIRES :

  1. Douglas Alexander - Président, Unicef UK ; ancien Secrétaire d'Etat au développement international
  2. Carl Bildt - ancien Premier ministre ; ancien ministre des Affaires étrangères suédois
  3. Umit Boyner - Vice-président, Boynergrup
  4. Lolita Cigane - Membre du Parlement letton
  5. Ian Clarkson - Fondateur, Celerant Consulting
  6. Ilinca von Derenthall - Responsable du comité d'audit et des risques, Chimcomplex Borzesti S.A.
  7. Anthony Giddens - Membre à vie, Université de Cambridge
  8. Beatrice de Graaf - Professeur d'histoire des relations internationales et de la gouvernance mondiale, Université d'Utrecht
  9. Jean-Marie Guéhenno - Conseiller principal, Centre pour le dialogue humanitaire ; ancien président-directeur général, International Crisis Group ; ancien secrétaire général adjoint, Opérations de maintien de la paix, ONU Genève
  10. Teresa Gouveia - ancienne ministre portugaise des Affaires étrangères
  11. Gerald Knaus - Président, Initiative européenne pour la stabilité ; Carr Center Fellow
  12. Bassma Kodmani - ancienne directrice exécutive, Arab Center Initiative
  13. Remzi Lani - Directeur, Institut albanais des médias, Tirana
  14. Sonja Licht - Présidente, Fonds de Belgrade pour l'excellence politique
  15. Kirsty McNeill - Directrice des politiques, du plaidoyer et des campagnes, Save the Children
  16. Anand Menon - Directeur, UK in a Changing Europe ; Professeur de politique européenne et d'affaires étrangères, King's College London
  17. Enrique Mora - Directeur politique, Ministère espagnol des Affaires étrangères
  18. Andrzej Olechowski - ancien ministre polonais des Affaires étrangères
  19. Janet Royall - Directrice, Somerville College, Université d'Oxford ; ancienne chef de l'opposition à la Chambre des Lords
  20. Patrycja Sasnal - Cheffe de la recherche, Institut polonais des affaires internationales
  21. Pierre Schori - Président du Fonds commémoratif Olof Palme ; ancien Directeur général, FRIDE ; ancien Représentant spécial du Secrétaire général en Côte d'Ivoire
  22. Giuseppe Scognamiglio - Président, EastWest Institute ; éditeur, EastWest
  23. Michael Stürmer - Chef Correspondant Die WELT
  24. Hannes Swoboda - ancien Président, Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates, Parlement européen
  25. Nathalie Tocci - Directrice, Istituto Affari Internazionali
  26. Erkki Tuomioja - Vice-président de la Commission des affaires étrangères ; membre du Parlement ; ancien ministre des affaires étrangères

Les signataires sont tous Membres du Conseil de l’ECFR.